Charte de la vie Nocturne

vie nocturne fete sans danger

Aurillac est une ville festive. Oui mais comment concilier l’amusement, la fête et la bonne ambiance avec le respect et la tranquillité de ceux qui travaillent et de ceux qui dorment. Un défi qui pourrait trouver des éléments de réponse dans la charte de la vie nocturne signée le 21 juin 2012.

Marc-René Bayle, préfet du Cantal, donnait vite le ton. « Il ne s’agit pas de mettre un bonnet de nuit sur le centre ville d’Aurillac » mais bien, comme l’a également souligné Serge Chausi, premier adjoint au maire, de « préserver la sérénité des nuits aurillacoises ». En signant conjointement cette charte, la municipalité et l’Etat souhaitent donc trouver le juste équilibre en mobilisant un certain nombre de partenaires et d’acteurs de la vie nocturne. La progression du nombre de plaintes a donc encouragé les uns et les autres à mener une réflexion. Certes, cette charte de la vie nocturne ne règlera pas tous les problèmes d’alcool et de nuisances. Si le volet « répression » est toujours d’actualité, ce texte joue la carte de la prévention et se place comme un outil de dialogue. Les cafetiers, les propriétaires de grandes surfaces, des associations impliquées dans le monde de la jeunesse sont co-signataires de ce texte.

vie nocturne signature

13 charte vie nocturne

{rsfiles path="documents/Vie_nocturne/13-charte_vie-nocturne.pdf"}

> Documents et arrêtés à télécharger relatifs à la vie nocturne

> Plus sur le site Légifrance